Les Fleurs de Bach

Publié le par Le blog de Véronique

Je partage ce tres beau texte plein de sens / Cf Monique Estenaves

Parabole : Chemin de vie
Je choisis une parabole orientale pour raconter notre « Chemin de VIE ».

Nous avançons sur ce Chemin qui représente notre Vie, en utilisant un Véhicule particulier qui est notre corps physique symbolisé par un Carrosse.
Celui-ci possède deux roues avant (les bras) et deux arrières (les jambes), tiré par deux Chevaux, qui eux, constituent nos émotions : un Cheval blanc (Yang) avec ses représentations paternelles et un noir (Yin) emblème de notre lignée maternelle.
Il est à noter que notre Véhicule (corps) avance grâce aux Chevaux (émotions), ce qui nous montre à quel point nos émotions nous mènent ; nous font avancer dans la vie…
Bien sûr, cet Attelage est dirigé par un Cocher (mental) qui tient les rênes : c’est bien le Conscient qui prend une Direction.
Mais si cet assemblage paraît se suffire à lui seul, nous pouvons aisément penser que le Carrosse n’est pas vide.
Il peut transporter un Passager (Guide intérieur, âme… selon votre propre croyance) venu dans le but de faire un Voyage et désirant une certaine Destination (But).
La difficulté pourrait être que le Cocher ne veuille pas admettre ou écouter son Intériorité et n’en fasse qu’à sa tête…

Le Chemin est une route de terre avec des nids de poule, des bosses ou cailloux qui représentent toutes nos difficultés.
On peut se laisser entraîner dans les ornières présentes sur la route qui sont des schémas déjà existants, appartenant à d’autres que nous reproduisons quelquefois.
Les fossés, plus ou moins profonds, symbolisent les règles à ne pas franchir : ils nous balisent de chaque côté et sont les limites à respecter sous peine d’accident.
Bien sûr, cette Route est sinueuse et les virages imagent le fait que nous ne pouvons pas toujours voir devant nous.
Nous avons à subir des intempéries selon la météo et les lieux que nous traversons.
Si la pluie alterne avec le beau temps, nous ne pouvons éviter le brouillard, les orages ou les tempêtes qui empêchent toute visibilité.
Ces phases freinent notre avancée et rendent la Conduite difficile pour notre Cocher (mental).
Selon son attention et sa vigilance d’action vont dépendre la qualité et le confort du Voyage (Existence).

De même, le Conducteur peut être trop autoritaire et maltraiter ses Chevaux (émotions), de même, il peut l’être trop peu et les laisser mener la Voiture.
Des Chevaux brutalisés peuvent conduire à l’accident tout comme nos émotions nous mènent parfois au danger.
Des Chevaux jamais guidés risquent de laisser aller le Carrosse dans les ornières présentes et ainsi reproduire le passé des autres (schémas parentaux) avec les mêmes erreurs pour conséquence (se retrouver dans le fossé par exemple si cela est arrivé aux Voyageurs nous précédant).

En revanche, si ce Chauffeur est humble et conscient de son rôle, il tiendra les rênes avec fermeté et douceur pour le confort des Chevaux et ménagera le Carrosse en tenant compte de ses limites. Mais surtout, il prendra soin d’interroger son Passager (Guide Intérieur) afin de suivre la bonne Direction sans perte de temps ni risque de se perdre.

En effet, ce Voyageur sait où il veut aller et ne manquera pas de le faire savoir à son Conducteur. Encore faut-il que ce dernier veuille bien accepter le fait qu’il n’est pas seul maître à bord, qu’il tende l’oreille et qu’il suive les directives du VRAI Décideur.
Sur un Chemin de terre, la poussière, le bruit, l’environnement ne sont pas facilitant pour l’écoute. Il n’est pas toujours aisé pour un Cocher de prêter attention à cette petite Voix qui se manifeste pourtant très souvent.
Pour communiquer, un arrêt peut-être indispensable.
Ces pauses peuvent être volontaires ou forcées (maladie, accident, chômage, retraite…) et sont propices aux retrouvailles car nous nous perdons quelquefois…

Pour nous aider à l’accomplir, pour cheminer paisiblement ou pour nous permettre de revenir sur notre route, les Fleurs de BACH nous apportent le positif indispensable chaque fois que nous sommes bloqués par
des PEURS, des INCERTITUDES, des MANQUES D’INTERET, des sentiments de SOLITUDE, des HYPERSENSIBILTE aux INFLUENCES, des DESESPOIRS
et des SOUCIS EXCESSIFS du BIEN D’AUTRUI.

Autant de domaines qui nous éloignent ou nous empêchent d’être ce que nous sommes en notre cœur et de nous révéler à nous même en nous accomplissant.

Grâce aux fleurs, nous équilibrons et stabilisons les Chevaux.
Car s’ils sont boiteux, blessés ou mal nourris, ils tirent le Carrosse avec peine ou selon leur propre confort sans tenir compte de ce qu’il se passe à l’arrière.

Plus le Cocher leur accordera d’attention en les observant pour apprendre à reconnaître leurs réactions, (en les aimant, les bichonnant tout en les maitrisant) plus il pourra lâcher la bride.
S’il peut leur faire confiance, ce sera la détente assurée et le plaisir à la vue des paysages qu’il traverse tout en s’intéressant à Celui qu’il transporte.

Les élixirs floraux, en apaisant les Chevaux (toujours les Emotions) permettent au Cocher (le Mental) de se connecter à ce Passager (Intériorité, Guide, Ame,…) ; de prendre enfin le temps de S’écouter, de S’accorder l’attention qu’il mérite afin que le Voyage se poursuive dans les meilleures conditions.

Que ce Voyage qui est le nôtre soit bien géré afin qu’il se passe dans la joie, la paix, la douceur, l’enthousiasme et le respect : dans l’harmonie et l’équilibre.

Notre Voyage est un acte d’AMOUR, puissions-nous le laisser se révéler dans son essence.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article